Qui n’a pas peur du Califat Islamique ?

 Mais d’où sortent donc ces jihadistes barbares, dont les méthodes sanguinaires semblent empruntées aux vikings ? Héritiers d’Al Quaida nous dit-on, ils opèrent en Syrie et en Iraq et on viendrait seulement de découvrir le danger terrible qu’ils représentent ? Quel impact leur discours peut il avoir dans un monde qui se communautarise ? Quelle sera la réponse des pays du Moyen Orient aux ambitions destructrices de ces seigneurs de la guerre terroriste ?

Depuis 2006 l’Irak avait un 1er ministre chiite qui a largement privilégié sa communauté. On l’accuse même d’avoir laissé l’armée maltraiter les sunnites. Et surtout il était soutenu par l’Iran, tout comme le syrien Bachar. Terrain fertile pour déclencher l’agressivité des jihadistes sunnites mais aussi leurs financements en pétro dollars.

Plus personne n’est dupe, chaque conflit du Moyen Orient reflète l’ombre de l’Iran et de l’Arabie Saoudite. Les chiites contre les wahhabites. Même si leurs avis divergent quant à la descendance légitime de Mahomet, ils ont en commun un islam rigoriste à l’extrême mais ce qui les oppose surtout c’est le gaz et le pétrole. Et derrière eux deux ombres beaucoup plus grandes : la Russie et les USA. Et la Chine ? Pourrait-on se demander, bah elle fait du business et elle compte les points …

La promotion internationale du Jihad sanguinaire

Revenons à notre armée sanguinaire, Califat autoproclamé. Le plus surprenant est peut-être sa capacité de communication et l’efficacité de son message. A travers Al Furqan Media Foundation, L’EI diffuse ses appels au monde, « message of the land of the epic battles » avec des vidéos, des news des batailles sur son canal live etc …

Pourtant identifiée au moins depuis 2006 comme étant le média principal d’Al Quaida Irak comme en atteste ce lien du site de lutte contre la « guerre global » : http://www.longwarjournal.org/archives/2007/10/us_targets_al_qaedas.php

et répertoriée par la sécurité américaine comme organisation terroriste dans ce communiqué officiel du 14 mai dernier :

http://www.state.gov/r/pa/prs/ps/2014/05/226067.htm

Elle fait néanmoins allègrement la promotion de son Jihad barbare sur Youtube et partout sur le web encore aujourd’hui. Les commentaires des internautes  » nos héros »  » enfin le jour du califat est arrivé » « j’ai hâte d’y être » … démontrent bien l’efficacité de cet embrigadement accueilli avec enthousiasme par certains au désespoir d’une vie sans perspective dans une société en déliquescence, et cela malgré la sauvagerie des images diffusées (assassinats live, petits enfants portant des mitraillettes …).

Si vous vous demandez comment naissent les vocations allez faire un tour sur Youtube, la page Al Khilafah est accessible en 1 clic et les « Veux de l’Aïd depuis la terre du Califat » sont un vrai spot de pub pour un club de vacances, avec les enfants pour élément essentiel. Etonnant, non ? Inquiétant surement !

EI champion de la diffusion internet

La sortie de la vidéo Salil Al-Sawarim (SaS) par les médias du département d’ISIS al-Furqan le week-end du 17 mars a démontré la complexité de l’utilisation djihadiste des médias sociaux pour diffuser leur contenu vidéo. Le département frère de Al-Furqan, al-I’tasimu avait annoncé la sortie de la quatrième tranche de Sas sur Twitter le samedi à midi. Quelques heures plus tard, il a été publié par le profil Twitter d’Al-I’tasimu et les plus importants forums de djihadistes. Les premières vidéos de trois Salil Al-Sawarim avaient été très populaires, de haute qualité et montrant un mélange de violence extrême et d’idéologie obscène.

Dans les vingt-quatre premières heures après que Sas (« le fracas des épées») ait été publié sur YouTube, il était consulté 56998 fois, avec un utilisateur moyen regardant un peu plus de 17 minutes de ce long film d’une heure. Cela signifie que, collectivement, les utilisateurs de YouTube ont dépensé l’équivalent de 686 jours à regarder cette vidéo. Elle a ensuite été republié un certain nombre de fois sur YouTube, et a d’autres sites de partage de fichiers tels que archive.org et des liens pour télécharger ont été diffusés via justpaste.it. Et publiée dans différentes tailles et formats . Cet exposé analyse la propagation de l’information et indique que les groupes djihadistes sont de plus en plus sophistiqués dans leur utilisation des médias sociaux et les technologies mobiles. La sortie de la vidéo sur un samedi peut-être une stratégie délibérée pour choisir le jour où ceux qui sont employés à contester ou de perturber la propagation des informations sur la vidéo étaient les moins susceptibles d’être disponibles.

L’information est partagée à travers un réseau résilient et dispersé. Ce réseau a l’interconnexion et la redondance suffisante pour continuer à fonctionner malgré le niveau actuel de suspensions de comptes.

http://www.jihadica.com/is-this-the-most-successful-release-of-a-jihadist-video-ever/

Si aujourd’hui la menace semble être prise très au sérieux par nos gouvernements, que peut on attendre vraiment de la part de nos grandes puissances ?

L’Europe reste à l’écart et les USA souhaitent laisser aux pays concernés le soin de régler la question. Une position confirmée lors de la conférence de presse du Pentagone le 14 août dernier « Le président a été clair sur nos objectifs militaires limitées en Irak. Ils sont : un, protéger les citoyens et installations américaines; deux, fournir des conseils et une assistance aux forces irakiennes dans leur combat ISIL, trois, se joindre à des partenaires internationaux pour résoudre la crise humanitaire. Pas plus. »

 Déjà le 6 mars dernier lors d’un rapport préalable au comité des relations extérieures du sénat américain l’analyste Daveed Gartenstein-Ross* faisait un point sur la situation du groupe extrémiste de sa progression depuis décembre 2011 et les conséquences attendues :

http://www.defenddemocracy.org/media-hit/gartenstein-ross-daveed-syria-spillover-the-growing-threat-of-terrorism-and-sectarianism-in-th/

« La résonance émotionnelle du conflit et le succès de l’appel au djihad s’illustre par le nombre énorme de combattants étrangers qui ont répondu à l’appel. Le nombre de combattants qui se sont rendus en Syrie à partir de l’étranger pour lutter contre le régime d’Assad est estimée à 11 000, et ce nombre serait même sous évalué. Ils sont venus d’un grand nombre de pays, une cinquantaine, selon les évaluations du renseignement des États-Unis. »

Il relate qu’au sermon du vendredi dans la Grande Mosquée de La Mecque, le haut dignitaire religieux cheikh Saud al-Shuraim a encouragé la communauté à soutenir les rebelles anti-Assad « par tous les moyens » et compare la situation de la Syrie d’aujourd’hui à celle de l’Afghanistan : « les rebelles dans ce conflit était extrêmement populaire dans le monde musulman, et la lutte anti-soviétique a été largement approuvé par les clercs comme un jihad défensif légitime »

On connaît la suite … il ne se sont pas arrêtés aux soviétiques.

Le risque très important de retombées terroristes dans les pays de provenance de ces jihadistes est donc à envisager très sérieusement.

Alors que peuvent faire les USA selon M. Gardenstein Ross ?

Et bien pas grand chose ….

« – Il est évident que les États-Unis ne comprennent pas bien les joueurs sur le terrain et nous aurons beaucoup de mal à sélectionner les bonnes équipes.

-En effet, il est fort probable que l’aide américaine aux factions rebelles tombe dans les mains djihadistes.

– Il y a des risques perceptibles pour les États-Unis de s’enliser dans le bourbier Syrien delà de toute attente … »

Soyons clair …. « il est possible que le régime d’Assad s’effondre plus vite que prévu mais si les Etats-Unis choisissent une stratégie d’engagement limité, nous devons être préparés à la possibilité inverse, Assad peut écraser les rebelles …/… Le maintien de la puissance américaine au XXIe siècle commence avec la conservation de ses ressources et en Syrie réaliser des gains stratégiques réels à un coût acceptable sera difficile. »

So we cannot ….

D’ailleurs les adeptes de l’Etat islamique ne s’y trompent pas comme le dit l’un deux sur un forum :

« Le problème est la mentalité américaine et son caractère général. Les américains n’ont absolument pas la capacité de comprendre des choses qui sont non-américain et non-occidentale. Américains n’ont absolument aucune capacité à voir les choses pour ce qu’elles sont sur ​​le terrain. La mentalité des américains consiste à comprendre les choses selon leur propre point de vue américain. Ce handicap empêche le leadership américain d’analyser des questions correctement. Vous savez, là où je suis, et dans d’autres parties du monde où nous «terroristes» ont pris le relais, nous sommes particulièrement reconnaissants à votre ancien président George Bush Jr. A lui seul, il recruté tant de gens pour nous et nous a donné la motivation incroyable et la détermination à réaliser ce que nous avons réalisé jusqu’à présent « 

Alors aujourd’hui la vraie question à poser à tous les protagonistes de ce désastre annoncé devrait être : peut-on rêver d’un consensus international pour faire face à la progression fulgurante de l’EI ?

 « L’assistance militaire étrangère est clairement nécessaire à court terme pour donner aux Irakiens l’espace de respiration afin de se regrouper et de repousser le phénomène État islamique. Il est remarquable à ce jour qu’aucune opération de grande envergure coordonnée par les Irakiens, les Iraniens, les Saoudiens, les Turcs, les Jordaniens, les Américains et les autres parties intéressées à mettre en commun leurs ressources et écraser l’État islamique. Tous ces pays sont menacés par l’expansion des mouvements état ​​islamique et d’autres semblables, et ils ont des ressources plus que suffisante pour briser le groupe, qui reste un parasite, opportunistes, gangs et le mouvement sectaire qui ne peut que prospérer dans les zones de chaos et le manque d’autorité de l’Etat, en imposant sa domination. Plus on laisse de temps à l’Etat islamique pour consolider son pouvoir et évoluer d’une manière qui génère plus de véritable soutien local et de légitimité – ce dont il a largement manqué – plus il sera difficile de l’éliminer d’ici quelques mois.

http://www.dailystar.com.lb/Opinion/Columnist/2014/Aug-13/266992-iraq-is-caught-between-glory-and-despair.ashx#axzz3AdIrmEdP

« Maintenant que le gouvernement wahhabite de l’Arabie saoudite a soutenu et contrôlé les extrémistes de l’État islamique et qu’ils déferlent sur l’Irak et la Syrie pour peut-être bientôt d’engloutir d’autres au Moyen-Orient et les pays musulmans d’Afrique du Nord, le monde occidental, dont la Turquie, pourraient commencé à étudier à l’Iran comme un rempart militaire et économique dans la protection de leurs intérêts. Comme les hordes de l’Etat ​​islamique progressent, peut-être même qu’Israël peut trouver dans ses intérêts de s’aligner officieusement avec l’Iran.  » suggère même un commentateur

Vu du Liban

Pour Nasrallah, le chef du Hezbollah libanais, le pays est confronté à une menace existentielle. Il a rappelé que protéger le Liban est l’équation armée-peuple-résistance. Il a appelé à la mobilisation du soutien financier et moral aux soldats de l’armée et des forces de sécurité, soulignant que ce sont les organismes chargés de la protection du pays. « L’armée libanaise et les forces de sécurité sont le premier facteur à investir pour faire face à ce danger. Ils protègent l’Etat et les villes, et non le Hezbollah « 

http://www.naharnet.com/stories/en/143466-nasrallah-says-ready-to-confront-existential-threat-facing-lebanon-those-considering-isil-a-joke-are-detached-from-reality

De son côté Saad Hariri L’homme politique sunnite libanais le plus influent a fait un retour surprise au pays après trois ans d’absence, avec en poche un don saoudien d’un milliard de dollars à l’armée libanaise pour faire face aux débordements du conflit syrien.

Alors les libanais réussiront ils à allier chiites et sunnites pour constituer un front commun afin de lutter contre les ambitions de l’Etat Islamique ? Ce sont peut-être les mieux placés pour réussir cette alliance improbable si toutefois leurs commanditaires leur laissent cette possibilité.

Pour conclure provisoirement cette réflexion sur la situation au Moyen Orient, je laisse la parole à un internaute libanais

ON RETIENT LA DERNIÈRE PHRASE QUI RÉSUME LA SITUATION. LE GÉNÉRAL MICHEL AOUN  » LE REPRÉSENTANT OFFICIEL IRANIEN » AVAIT CONTACTÉ PAR TÉLÉPHONE SAAD HARIRI « LE REPRÉSENTANT OFFICIEL DE L’ARABIE SAOUDITE » ET LA CONVERSATION S’ÉTAIT ACHEVÉE SUR UN TON DE CONVIVIALITÉ COURANTE:
DONC TOUT VA BIEN PAS DE PROBLÈME.
NE DÉRANGEZ PAS LES LIBANAIS ILS FONT LA SIESTE.

Alors à quand le réveil de nous autres terriens ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s